Festival Évasion 2023

affiche festival Évasion 2023

 

Le festival de Thénac a choisi de garder désormais le titre « Festival Évasion ».

L’évasion fait partie, depuis toujours, de la vie des hommes qui ont pratiqué d’incroyables migrations sur la totalité de la planète. Partir, s’échapper, les artistes, écrivains et poètes ont très largement exprimé ce besoin et chacun de nous peut, un jour ou l’autre, s’y reconnaître, « exilé sur le sol » ou doté « d’ailes de géant». Hors, comme il est irrationnel et impossible de partir en arrêtant nos vies, nous allons faire appel à des moyens d’évasion qui vont nous déconnecter de notre quotidien. Le plus souvent, nous ne pouvons pas physiquement nous déplacer mais nous pouvons compter sur « les voyages abstraits ». La lecture, le cinéma, la musique et l’art sous toutes ses formes, vont nous divertir, nous diversifier, nous enrichir, nous faire plaisir, nous ressourcer.

Une belle évasion est celle qui, loin de mettre l’accent sur l’absurdité de notre existence et de faire gonfler nos frustrations, nous offre de meilleurs yeux, une meilleure bouche et de meilleures oreilles pour la savourer. C’est celle qui redonne du prix au quotidien et qui l’enchante.

Le festival de Thénac se donne pour mission de nous offrir ainsi « une belle évasion ».

Il va vous étonner : vous n’oublierez pas les rencontres avec les grands voyageurs qui vont vous amener en Mongolie, en Amazonie, en Colombie ou encore en Indonésie.

Vous admirerez le talent de ceux qui voyagent les crayons à la main. Vous évoquerez le célèbre écrivain Pierre Loti qui fut un voyageur insatiable.

Vous verrez comment un homme aveugle peut voyager partout dans le monde. Vous en apprendrez plus sur les enjeux environnementaux de la sélection des espèces végétales, sur les raisons et les conséquences de la disparition des abeilles. Vous vous laisserez entraîner dans les mondes fragiles et surprenants des écrivains et vous pourrez apprécier le langage universel des contes.

Films, conteurs, artistes ateliers, rencontres littéraires et table ronde, le festival vous offre, un florilège d’occasions de vous évader !

Facebooktwitter

Randonnées dans les méandres de l’imaginaire

Randonnées dans les méandres de l’imaginaire

La littérature a été longtemps l’unique moyen pour les hommes de conserver une trace écrite de notre histoire mais aussi de diffuser et de partager leurs idées. Aujourd’hui elle reste indispensable au fonctionnement social et enrichit fortement la compréhension de soi et du monde qui nous entoure. 

Eddy L. Harris 

Écrivain et cinéaste, il voyage sur les lieux où s’est reconstruite la diaspora noire. Né aux USA dans le Missouri, il évoque dans ses livres l’histoire des noirs américains, de l’esclavage jusqu’à son abolition, de la ségrégation à la pleine jouissance des droits civiques, du rejet jusqu’à l’intégration. Il a en tête d’autres chemins que les hommes parcourent pour construire leur vie et dont il voudra être le témoin.

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

Derek Munn:

Pour cet anglais, la décision de vivre en France a été importante et très positive pour sa création littéraire. Ses héros mènent leurs vies dans la cadre d’un voyage où comptent les paysages mais aussi les émotions, les rêves et les souvenirs.

« Le cavalier » Éditions l’ile des marges

Extrait

Une sensation d’abord, l’homme n’y est pas pour l’instant, ou est subsidiaire, c’est sa fatigue qui avance, une sensation de cuir, un cuir souple, épais, résistant, je le sens, je vois son grain. Une paire de bottes. J’ai envie de les toucher, de les mettre, mais il y a déjà des jambes, qui marchent, qui boitent. L’homme est descendu de son cheval, ils marchent ensemble, ils rentrent à la maison.

Un voyage qui persiste dans le temps.

Différents états d’usure des bottes se superposent, du cirage à la boue, jusqu’à la poussière qui couvre tout à la fin, moite, agglutinée en bas de celle de gauche dans les bajoues de cuir tombant autour du talon quand, arrivé, l’homme se laisse glisser de la selle pour la dernière fois, se tassant comme un sac de pommes de terre en prenant appui sur l’immobilité de l’animal qui maintenant détourne la tête. 

Je comprends alors qu’une fois ses bottes enlevées cet homme ne marchera plus jamais.

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

 

Pierre Mazet :

Pierre Mazet est né dans une grande famille de mineurs à Metz. Après des études universitaires en sciences économiques, il rejoint l’INSEE à Paris et occupera divers postes dans l’administration française et internationale. Il inaugure avec bonheur un nouveau genre en littérature : le polar de voyage.

« Le mystère de la croisière jaune » Éditions Elytis

Après le succès de la croisière noire lancée en 1924, Georges-Marie Haardt, l’un de ses artisans, songe rapidement à ouvrir la « route de la soie » à la circulation automobile. Le raid débute en 1931 et se double d’une expédition scientifique. De nombreux savants participent à cette formidable épopée, dont le prêtre jésuite Pierre Teilhard de Chardin, également géologue, paléontologue et philosophe. Au-delà de la performance, l’idée de Haardt est de prolonger l’expédition en ouvrant une nouvelle voie en Indochine. Mais Haardt décède d’une pneumonie le 16 mars 1932 à Hong Kong. La croisière jaune se termine dans le triomphe et la tragédie. C’est sous la forme d’un carnet de voyage tenu par Teilhard de Chardin que Pierre Mazet revisite l’histoire de cette aventure. Polar-voyageur, Le Mystère de la croisière jaune nous plonge en Asie, au temps des grandes épopées Citroën.

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

 

 

David Sarnac :

Par les livres, il poursuit son exploration du monde avec la passion du lieu et de la formule. Qualifié d’écrivain voyageur, il tient à son écriture de prédilection : les fragments (qui est une forme littéraire en prose très ancienne).

« Rejoindre les archipels » Éditions Papirus

David Sarnac réalise son autobiographie « Rejoindre les Archipels ». Un voyage poético-philosophique rare dans l’espace et dans le temps.

Extrait

« P » comme Poésie : « Si tu veux savoir quoi que ce soit de valable en poésie, il te faudra apprendre à marcher nu.

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

 

Jérémie Cavé :

Diplômé de sciences Po et consultant en écologie urbaine, ses romans sont marqués par ses nombreux voyages à travers le monde et sa colère face à la destruction environnementale en cours.

« Le sacrilège d’Icare » Éditions Thot

Le 21 janvier 1927, une surprise-party de la haute société nantaise dégénère en bacchanale, déclenchant une « affaire » qui défraya la chronique. Pourquoi cette soirée mondaine bascula-t-elle en orgie demeure un mystère… Jérémie Cavé donne ici sa version des faits : l’irruption d’une bande de noceurs séditieux, la déflagration sensorielle du jazz, la désinhibition inspirée par le vin Mariani…

Biographie- Bibliographie – Liens ICI 

Jiann-Yuh Wang :

Né à Taiwan, diplômé de l’École Normale Supérieure de la Sorbonne .il est professeur, journaliste et traducteur de romans chinois en français. Il participe activement à la promotion des échanges culturels entre les deux pays.

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

Marc Mangin :

Plus de vingt-cinq ans passés sur les routes de la planète lui ont donné une certaine sérénité face à l’adversité et une grande capacité d’adaptation. Écrivain et photographe, il est spécialiste de l’Asie et a écrit une quinzaine de livres de chroniques de voyage.

« Chroniques indochinoises » Éditions Sipayat

Extrait 

Si je n’avaiS pas craint de me faire expulser dès
l’arrivée, je me serais bien vu hurler dans le
hall de l’aéroport d’Ho Chi Minh City, l’ancienne
Saïgon : « Gooooooooood Mornniing Viêtnammmmmm
». je l’ai pensé très fort et, en attendant devant
la guérite de l’immigration que l’officier me rende
mon passeport dûment tamponné, j’ai fredonné les
quelques notes du vieux tube de james Brown en
roulant le bassin histoire de me dérouiller un peu :
I Feel Good!
Honnêtement, je fanfaronne. je n’ai pas crié, tout
simplement parce que je n’en avais pas la force;
épuisé moins par le voyage – un vol de nuit d’une
douzaine d’heures certes, mais direct – que par les
mois qui le précédèrent: la lutte quotidienne pour la
survie; l’insupportable sentiment de solitude face au
tourbillon qui vous aspire irrémédiablement dans un
océan déchaîné face auquel il arrive un moment où il
ne sert plus à rien de ramer

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

Olivier Blochet :

Il se passionne pour les Roms : nomades, toujours sur les routes et qui souffrent d’une discrimination permanente. Leur histoire est aussi jalonnée de persécutions en particulier avec les crimes perpétrés par les Nazis.

« La route des roms » Éditions la Comoé

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

Jacques Edmond Machefert :

Professionnel de l’audiovisuel il aime les mots, les images et le jazz. Tous ces éléments se retrouvent dans romans policiers. Il entretient aussi une passion pour la Saintonge qu’il connaît si bien et qui est présente dans la plupart de ses livres.

« Saintes frayeurs »  Éditions les Indes Savantes

La jeune et jolie Suzanne, ce matin-là, ne se présente pas au garage Simca de Saintes où elle est secrétaire-comptable. Elle a disparu. Toute la journée, ses proches la cherchent en ville et au-delà. Sans plus de succès que la police ! Un promeneur la découvrira, le lendemain matin, à plus d’un kilomètre de chez elle, dans « un coin de verdure où chante une rivière ». Assassinée.

Jalonnée de témoignages contradictoires, de dénonciations calomnieuses, de suspects potentiels rapidement mis hors de cause, une longue et tortueuse enquête commence. Elle expose sous une lumière crue, les grandeurs et les faiblesses d’une communauté provinciale au début des années soixante. Neuf mois plus tard, un étudiant à l’école d’agriculture est arrêté. Il avoue, puis se rétracte. Pendant des mois, le juge d’instruction, assisté d’experts, va tenter de prouver la culpabilité du jeune homme en cernant au plus près sa personnalité complexe. François Leduc est un voleur, il ne le nie pas, mais est-il celui que la presse a surnommé « L’assassin de la pleine lune » ? C’est à cette question que la cour d’assises de Saintes devra répondre trois ans après le meurtre.

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

Evelyne Néron Morgat

Petite-fille d’ostréiculteur et femme de marin-pêcheur, elle souhaite partager, dans ses livres, les rudes parcours des femmes. Elle a consacré ses 20 dernières années à la valorisation du village ostréicole de Fort Royer, un domaine ancestral modelé par la mer et la sueur des hommes, pour lui redonner un peu de l’âme qu’il avait autrefois.

« A la vie à la mer » Éditions Gabelire

Désormais bien installée dans son entreprise ostréicole artisanale, Mélina ne parvient pas à tourner la page de son histoire d’amour avec Nathanaël. Celui-ci ne vit plus que pour Évaëlle, sa petite fille de deux ans, déchiré entre un passé qui le rattrape et le devenir incertain de son métier. Tyrannisé par le dictat machiavélique et vénal de Rodolphe qui règne en maître sur le port de pêche, le jeune marin doit aussi se battre pour défendre son avenir. Victime d’un destin infernal entre éclats de bonheur, disparitions inquiétantes et pièges mortels, Mélina survivra-t-elle à la violence de ce milieu maritime à bout de souffle ?

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

Nathalie Delisle :

Professeur des écoles et romancière du réel, elle démontre un réel talent dans ses romans ainsi que dans ses carnets de voyage pour enfants réalisés de manières ludiques et pédagogiques.

Biographie – Liens ICI 

Henri-Paul Caro :

Après avoir fait sa carrière au Ministère des finances, il consacre sa retraite à des activités culturelles et à l’écriture. Auteurs de plusieurs romans, il s’attache à dépeindre des existences remarquables et inexplicables, réelles ou fantasmées. Il apprécie aussi les situations confuses et inquiétantes que l’on retrouve dans ses thrillers.

« La robe noire » Éditions Weblim

Que deviennent les larmes que l’on n’a pas versées ?

La question n’aurait pas dû concerner Anne Guillaume, la jeune fille charmante devenue la femme attirante que le temps, jusque-là, n’avait pas égratignée.

Une brillante carrière d’avocate d’affaires internationales ; puis la rencontre de Julien Fraysse. Une existence qui revêt tous les habits du bonheur : la vie dans un Extrême-Orient coloré et épicé ; puis l’Australie en forme d’Eden offert aux arrivants.

Les larmes que l’on n’a pas versées ? Comme souvent, la voie de l’insouciance heureuse longe, sans inspirer de méfiance, le chemin des plus lourds nuages ; jusqu’au croisement où se révèlent les destins.

Anne et Julien vont être pris dans le tourbillon de trois mondes : ceux des affaires politiques et du commerce international des armes, et celui de la Justice lorsqu’elle décide de voir clair dans les deux premiers milieux. Il en résulte un mélange aussi instable que dangereux.

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

Le Kouddar :

Poétesse depuis toujours, l’écriture est sa respiration. Elle a peu à peu intégré les milieux littéraires et les itinéraires d’artistes pour des performances poétiques où sa sensibilité peut éclore librement.

« La rage du peuple et sa beauté » Yil Édtions

Le poète est un questionneur : en interrogeant
la douceur il pose aussi des mots qui font
réfléchir… Tant dans ses ressors sombres que
lumineux, l’auteur défend ici une unique cause,
celle de la vie ; et espère dompter ne serait-ce
qu’une minute la fureur du monde.

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

C:\Users\francoise\Pictures\festivals\historique des festivals\Festival 2017\2017 10ème anniversaire\berlioz curlet.jpg

Jacques Berlioz Curlet

Grand amateur de littérature classique et moderne, il a déjà publié un grand nombre de livres dont la plupart sont à caractère historique

« Voyages au-delà des couleurs et des mots »

Bel ouvrage à quatre mains invitant au voyage et au rêve édité par le photographe Yves Phelippot en collaboration avec le poète Jacques Berlioz Curlet :

Le livre se propose de créer un dialogue riche de perspectives entre la musicalité de la langue poétique et celle du langage des images. Toujours ouvrir, toujours susciter des convergences entre les différentes formes d’expression artistique, échanger puis rebondir sur les chemins que seul l’Art peut révéler.

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

Jack Feret

Passionné par l’écriture depuis longtemps, et après une carrière internationale dans une banque de financement, il écrit de nombreux livres de sciences fiction qui remporte un important succès auprès des connaisseurs cette littérature ou l’imaginaire s’associe à la science.

« Wormhole » Annaeditions

Le sort en est jeté. Exoone est parti vers une destination inconnue, malgré les efforts du COL pour suspendre le compte à rebours. Tatiana et son équipe d’intervention n’ont pu échapper à cette fatalité. La jeune physicienne constate que personnes et événements sont souvent très différents de ce qu’elle avait rêvé. Mais son « Interlocuteur » est bien là. Il se rappelle à elle tantôt avec une voix synthétique masculine, tantôt avec une vraie voix de femme. Quel sort réserve-t-il au genre humain, condamné à une prochaine disparition sur une planète bientôt stérile ? Pourquoi refuse-t-il aux humains de quitter le système solaire ? Et quelle est donc cette terrible mission qu’il réserve à Tatiana ? Sauvera-t-elle la Terre et l’Homme ?

Biographie – Bibliographie – Liens ICI 

Facebooktwitter

Claire Gratias

Claire Gratias

BIOGRAPHIE

Source Babelio

Claire Gratias-Derouineau a fait des études littéraires à la Faculté d’Aix-en-Provence (Maîtrise d’allemand et Licence de Lettres) qui l’amènent à embrasser tout d’abord une carrière d’enseignante (professeur de lettres dans le secondaire) qu’elle exercera durant quinze ans.

Depuis trois ans, elle a choisi de se consacrer entièrement à l’écriture et à la photographie.

Très attachée à la notion de transmission, elle poursuit néanmoins l’échange avec les enfants et les adolescents à travers des ateliers d’écriture ou des rencontres avec des classes.

Elle intervient également auprès de publics adultes et travaille régulièrement en partenariat avec des équipements culturels de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, tels que la Maison de la Poésie ou « Le Prisme », Centre de Développement Artistique, ainsi que la Délégation Académique à l’Action Artistique et Culturelle (DAAC) du Rectorat de Versailles ou la D.D.J.S. des Yvelines.

« Pleure pas, Lalie ! » est son premier roman pour la jeunesse. Après un recueil de « perles », souvenir encore vivace de ses années d’enseignement, Claire Derouineau-Gratias a écrit un recueil de poèmes et comptines destinés à aider les enfants à mémoriser les principales règles de l’orthographe (Mots futés pour écrire sans se tromper).

Elle est Membre de la Maison des Écrivains et de la Charte des Auteurs et Illustrateurs pour la Jeunesse.

Lorsqu’on lui demande pourquoi elle écrit, elle répond simplement  » Par ce que je ne peux pas ne pas le faire. »

BIBLIOGRAPHIE

Liste non exhaustive

Romans

  • Une sonate pour Rudy, Syros, 2016 – Prix Sésame 2007
  • Breaking the wall, coll. Rat noir, Syros, 2009
  • L’Incroyable Voyage de Simon, Oskar Editeur, 2009
  • Opération « Maurice », coll. Mini Syros Soon, Syros, 2010
  • Le Signe de K1, série
    • Le Signe de K1 : Le protocole de Nod, coll. Soon, Syros, 2010
    • Le Signe de K1 : Le temps des Tsahdiks, coll. Soon, Syros, 2011
  • Une porte sur demain, coll. Mini Syros Soon, Syros, 2011
  • Pourquoi pas moi ? Belin, 2013
  • L’occasion fait le larron, coll. Feuilleton des Incos, Thierry Magnier, 2013
  • Orphans, série jeunesse fantastique
    • Orphans, Vol. 1. Double disparition Paris, Rageot, 2013
    • Orphans, Vol. 2. La Danse de l’hippocampe Paris, Rageot, 2013
    • Orphans, Vol. 3. Le Message de la lune Paris, Scrinéo Jeunesse, 2014
  • L’été où j’ai vu le tueur, Rouergue, 2019 
  • Les yeux fermés, Talents Hauts Éditions, 2019
  • Je voulais juste être libre, Le Muscadier, 2019 
  • Mare d’être sage, Le Muscadier, 2020
  • Mortel printemps, Le Muscadier, 2021

    

Album

Arrête de lire !, ill. Sylvie Serprix, Belin, 2012 25e prix des incorruptibles7, catégorie CE1

ZOOM sur Mortel printemps , Le Muscadier 2021

Claire Gratias Mortel printemps

En ce mois d’avril, tout allait bien pour Hugo, Vadim et leurs deux amis Léa et Rémi. Et voilà que, dans leur village paisible, quelqu’un est assassiné. Une personne qu’ils connaissaient bien. Or, très vite, les soupçons des gendarmes se portent sur l’un d’entre eux…

Leur amitié résistera-t-elle à la véritable tornade qui balaie ce printemps placé sous le signe de la mort et des mensonges ?

 

 

SUR LA TOILE

   Claire Gratias, écrivain  

 

Facebooktwitter

Serge Sanchez

Serge Sanchez

BIOGRAPHIE

Source Babelio

Serge Sanchez est journaliste et écrivain, producteur d’émissions pour France Culture, collaborateur du Magazine littéraire.
Il est l’auteur chez Grasset de biographies de François Augiéras, le dernier primitif (2006, prix littéraire Ardua de la Ville de Bordeaux) et de Brassaï, ainsi que de « La lampe de Proust et autres objets de la littérature » et de « Les sautes d’humeur de Marcel Proust » éd. Payot.

BIBLIOGRAPHIE

  •  
  • Voyage le long de la Charente avec un chat, un poney et un dauphin (ou pas), Le Festin, juillet 2021
  • Le homard de Flaubert et autres animaux de la littérature, Grasset et Fasquelle, avril 2019
  • Klimt, Folio, octobre 2017
  • Man Ray, Folio, mai 2014
  • La lampe de Proust et autres objets de la littérature, Payot, août 2013
  • Brassaï, le promeneur de nuit, Grasset et Fasquelle, octobre 2010
  • Francois Augieras, le dernier primitif, Grasset et Fasquelle, mars 2006
  • La médecine en flagrant délit le malade oublie… – enquête autour des tribunaux de l’ordre des médecins, Felin, février 1996

     

ZOOM sur Voyage le long de la Charente avec un chat, un poney et un dauphin (ou pas)

 

Serge Sanchez Voyage le long de la Charente

De la porte du diable à la mer profonde.
Au long de la Charente, de la source à l’embouchure.
– T’es pâle comme une oie, m’avait dit Betty. T’as besoin de prendre l’air, je t’emmène en balade !
C’est ainsi qu’on est partis pour un petit voyage le long de la Charente, une vadrouille au jour le jour, rafraîchissante, un périple en amoureux, à l’ancienne.
Comme ça, pour le plaisir, en touristes anonymes un peu curieux.
Les bagages furent vite bouclés. Des vêtements légers enfournés dans un sac de voyage, ma vieille carte routière, et en voiture ! Direction Chéronnac, la source de la Charente. Ensuite, on n’aurait plus qu’à se laisser porter par le courant et ses méandres, si semblables et si variés qu’ils ressemblent à la vie.
Le long de ce voyage à la fois réaliste et drolatique, nous découvrirons un commissaire de police chantant les mérites d’une charcutière, l’exécution capitale d’un empoisonneur, les ravages du choléra, un homme volant, et bien d’autres curiosités Nous croiserons aussi des célébrités, comme Balzac (qui se souvint de ses séjours à Angoulême pour écrire Les Illusions perdues), François Mitterrand, natif de Jarnac, le peintre Courbet, qui fit à Saintes de mémorables séjours, Victor Hugo, qui apprit à Rochefort la mort tragique de sa fille, etc. Mais qu’on ne s’y trompe pas. Les anecdotes et les rappels historiques s’inscrivent dans la traversée d’un pays bien réel, avec son charme mais aussi ses difficultés… En somme, un pays d’aujourd’hui.

Facebooktwitter

Christine Ribardière

Christine Ribardière

BIOGRAPHIE

Christine Ribardière, née à Montmorillon, ancienne élève du collège puis du lycée Jean-Moulin, a été une vingtaine d’années durant professeure d’anglais au collège de Chauvigny, avec sa collègue Michelle Deperrois-Fayet, qui enseignait à Poitiers. Toutes deux retraitées de l’Education Nationale, elles traduisent à quatre mains récits de voyages et biographies.

BIBLIOGRAPHIE

  •  
     
    Reine à Bornéo. Souvenirs d’une vie singulière (1849-1936)
    Margaret Brooke
    Michelle Deperrois-Fayet (Traducteur), Christine Ribardiere (Traducteur), Alain Quella-Villéger (Postfacier) Magellan et Cie , mars 2022
     
  • Göran Schildt - Du Havre à Monaco par fleuves et canaux - Eté 1948.
  •  
    Du Havre à Monaco par fleuves et canaux. Eté 1948
    Göran Schildt
    Michelle Deperrois-Fayet (Traducteur), Christine Ribardiere (Traducteur), Alain Quella-Villéger (Préfacier), Coédition Bleu Autour/ Le Carrelet, juin 2018
     
    •  
  • ZOOM sur Reine à Bornéo. Souvenirs d’une vie singulière (1849-1936)

    Margaret Brooke
  • Ainsi démarre la folle aventure d’une jeune fille de vingt et un ans, britannique née en France, que rien ne prédestinait à tenir un tel rôle en Malaisie. Margaret Brooke (1849-1936) raconte sans fards la vie qu’elle mène au Sarawak au temps des « rajahs blancs » et des Dayaks coupeurs de tête. Faisant fi de beaucoup des convenances de son époque victorienne, elle se lie davantage avec ses « amies malaises », qui lui apportent sérénité, curiosité et joie de vivre, plutôt qu’avec la « bonne société » présente sur place. Son récit, Good morning and good night (1934), traduit par Michelle Deperrois-Fayet et Christine Ribardière, est le portrait d’une femme libre, capable de passer des splendeurs d’un pays « exotique » aux fastes de la cour de Londres au gré de l’alternance de ses séjours, et de nourrir ses amitiés avec simplicité auprès de gens humbles comme avec des grands intellectuels tels que Henry James ou Pierre Loti. Tous ses malheurs personnels, avec notamment la perte de ses enfants, n’entament pas un solide appétit de vivre pour profiter à plein de son histoire, dont Alain Quella-Villéger retrace les grandes lignes dans une postface circonstanciée.

     

  •  

 

 

Facebooktwitter

Judith Rapet

Judith Rapet

BIOGRAPHIE

Source Babelio

Judith Rapet est musicienne saintongeaise.

Elle débute ses études sur les bancs de l’école de Vanzac puis continue sa scolarité au lycée de Jonzac. Elle fait parallèlement des études musicales à Cognac. En âge d’exercer, elle débutera comme professeur de Piano, profession qu’elle exerce encore dans la région de Vanzac.

A la même époque, dans les années 1980, Judith Rapet commence à s’intéresser à l’histoire de sa famille, ce qui l’amène à consulter nombre de registres dans les mairies saintongeaises et à fréquenter les Archives Départementales de la Charente et de la Charente Maritime.

Durant ses recherches, elle accumule une foule de renseignements qui lui permettent d’écrire un premier manuscrit, La Vie d’une famille de meuniers sous l’ancien régime dans le Petit Angoumois : Les Fradon, manuscrit en édition privée qui reçoit un prix en 1999 au concours des Arbres d’or de la généalogie, organisé par Jean-Louis Beaucarnot.

En 2001, un projet de son & lumière naît à Vanzac, ceci pour redynamiser la vie culturelle vanzacaise. Judith Rapet est pressentie pour écrire un scénario pour ce spectacle. Le son et lumière qui remporte un franc succès permet à son auteur d’en écrire le livre qui est édité en 2003, Michelle Garnier paysanne et rebelle à Vanzac (1665-1730).

Auteur estimé, elle publie en parallèle de ses ouvrages, des articles sur l’histoire locale dans différentes revues et participe à des conférences sur la condition féminine au XVIIème siècle & en Saintonge.

Avec La Coupable de la Chandeleur, elle continue à écrire des romans dont les intrigues sont tirées de faits vrais provenant des archives, ainsi que des documents sur le patrimoine et l’histoire locale.

BIBLIOGRAPHIE

Source Babelio

Les trois vies de Miss Belly par Rapet
Les trois vies de Miss Belly
2020
Le Disparu du bois de la Caillette par Rapet
Le Disparu du bois de la Caillette
2015
Les choix d'Eugénie par Rapet
Les choix d’Eugénie
2021
Les Terres de Gabrielle par Rapet
Les Terres de Gabrielle
2018
La mélodie des roses par Rapet
La mélodie des roses
2017
La Coupable de la Chandeleur par Rapet
La Coupable de la Chandeleur
Michelle la rebelle par Rapet
Michelle la rebelle
2012
La divine servante par Rapet
La divine servante
2015
Mariés par testament par Rapet
Mariés par testament
2013
La grande lessive - Histoire de la bujhée dans les deux Charentes par Rapet
La grande lessive – Histoire de la bujhée dans les deux Charentes
2011
La rançon des amants par Rapet
La rançon des amants
2010

 

ZOOM sur 

Judith Rapet Les-choix-d-Eugenie
Montlieu, 1880. Le jeune Ixile, qui se rêve musicien, tombe amoureux d’Eugénie. Le père de cette dernière, désapprouvant cette union, la prive de sa dot. Les difficultés s’amoncellent et malgré les épreuves, le couple fait face, soudé. Le père d’Eugénie, comprenant enfin son erreur, décide de lui apporter l’argent de sa dot après des années de silence. Mais il se fait attaquer avant d’arriver chez elle. Eugénie aura-t-elle l’occasion de pardonner son père ? 1914, la guerre éclate. Leur fille Florestine se met alors au service de l’hôpital bénévole et tombe amoureuse de Martin, le pharmacien major de quinze ans son aîné. Après l’avoir épousée, le passé de Martin resurgit. Le fils dont il lui avait caché l’existence, le croyant mort dans le bombardement de Combles, se manifeste. Quand Florestine l’apprend, elle est anéantie, si le fils de Martin est vivant, qu’en est-il de sa première épouse ? L’amour sera-t-il assez fort pour déjouer les mauvais tours du destin ?
 
 
judith Rapet Michelle la rebelle
Biographie romancée de Michelle Garnier (1665-1730) qui s’est fait connaître en Saintonge pour s’être rebellée contre le mari violent que lui avaient choisi ses parents. Recueillie par un avocat du Parlement de Bordeaux pendant deux ans elle a obtenu l’annulation de son mariage et a déclenché la colère de l’Eglise en refusant de se marier avec le père de ses trois enfants.
 

Mariée à 15 ans, contre sa volonté, à un homme deux fois plus âgé qu’elle, aussi violent que grossier, la jeune Michelle, trompant la vigilance de sa belle-famille qui l’a réduite à l’état de servante, parvient à prendre la fuite. Deux années durant, elle vit cachée chez le baron de Courtignac, avocat au parlement de Bordeaux. Ce dernier finit par obtenir des magistrats l’annulation du mariage. Pendant ce temps, son épouse, quant à elle, apprend à lire et à écrire à la jeune femme.

Redevenue libre, Michelle n’a plus alors qu’une idée en tête : regagner son pays et y faire revivre le moulin et les terres de son enfance. Elle y parvient et fait la rencontre d’un marchand de grains nommé Bertrand Coustolle dont elle tombe éperdument amoureuse, mais qu’elle refuse d’épouser malgré la naissance de trois enfants. Il n’est pas question pour Michelle, fidèle à ses principes, de vivre sous le joug d’un homme…

Seulement, voilà : en cette année 1709, rien n’est si simple. Les villageois, malgré leur sympathie pour cette femme qui fait le bien autour d’elle, deviennent hostiles. La religion s’estime bafouée et l’évêque, s’il était saisi, pourrait l’excommunier. Cette fois, l’heure est grave… La nasse se referme. Mais, qu’on se le dise, à plus de quarante ans, Michelle la rebelle n’a pas dit son dernier mot !

 

 
Facebooktwitter

Alain Quella-Villéger

BIOGRAPHIE

Source Blog d’Alain Quella-Villèger

Alain Quella-Villéger, né à Rochefort (1955), agrégé d’histoire et docteur ès-lettres en histoire contemporaine, spécialiste de la vie et de l’œuvre de Pierre Loti, se consacre aux récits de voyage, à l’exotisme, à l’histoire littéraire coloniale et franco-turque. Coauteur de P. Loti dessinateur (Bleu autour, 2009 et 2019) et de P. Loti photographe (Bleu autour, 2012), a édité avec Bruno Vercier le journal intime inédit de l’écrivain (Les Indes savantes, 5 vol., 2006-2017, couronné par le prix Émile-Faguet 2018 de l’Académie française). Son livre France Bloch-Sérazin (1913-1943), Une femme en résistance (Des Femmes-A. Fouque, 2019 ; rééd de poche mise à jour 2020) a reçu le Prix littéraire de la Résistance. Pierre Loti. Une vie de roman (Calmann-Lévy, 2019) a été couronné par le Grand Prix Jules-Verne de l’Académie de Bretagne et des Pays de Loire, le Prix Brantôme de la biographie historique et le prix Agrippa d’Aubigné du Lions Club de St-Jean d’Angély.

 

Bourse Stendhal 2009, fondateur des Carnets de l’exotisme (1990-2005) et des éditions Le Carrelet (2016), auteur d’une quarantaine d’ouvrages, pour certains traduits en turc, japonais, roumain, il a notamment réuni une dizaine d’anthologies aux éditions Omnibus (Indochine, Istanbul, Polynésie, Balkans, etc.) et publié Voyages en exotismes. Ailleurs, littérature et histoire (Classiques Garnier, 2017). Son récit Évadées du harem – Affaire d’État et féminisme à Constantinople, 1906 (Actes Sud/Babel, 2015) vient d’être adapté en roman graphique (coscénariste : Didier Quella-Guyot, dessins : Sara Colaone, Steinkis, 2020 ; traduit en italien, Oblomov, 2021).

               Co-scénariste de films documentaires : P. Loti, un homme du monde (Anekdota/FR3, 2011) et Le Mystère des ‘‘Désenchantées’’ (Anekdota/FR3, 2015) ; conseiller scientifique de Jean-Richard Bloch, Une vie à vif (réalisé par Marie Cristiani, 2014) et de René Caillié, L’aventure africaine (réalisé par Pascal Sarrago, 2014). Il a d’autre part dirigé Poitiers. Une histoire culturelle – 1800-1950 (Atlantique, 2004) et célébré Rochefort (Magellan & Cie, 2017) et publié le recueil Ailleurs et libre, errant. Poèmes, lieux et ripopées, Le Carrelet).

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie complète sur le blog 

Parmi lesquels 

Pierre Loti, une vie de voyageur, roman graphique, Alain Quella-Villéger, Didier Quella-Guyot et Pascal Regnauld, Calmann-Levy, janvier 2023

Pierre Loti Le monde, en passant . Alain Quella-Villéger et Bruno Vercier, Calmann-Levy, janvier 2023

Reine à Bornéo, Margaret Brooke, récit autobiographique de Margaret Brooke, presenté et enrichi par Alain Quella-Villéger,traduite en français par Michelle Deperrois-Fayet et Christine Ribardière, Magellan & Cie Les Explorateurs 11 Mars 2022

Pierre Loti. Une vie de roman. Calmann-Lévy, septembre 2019, 

Anthologie  Le Marabout, la perruche et le singe. Un tour du monde animalierActes Sud, et postface à J.-R. Bloch, mars 2021

ZOOM sur 

Une existence fascinante, bercée entre tentation des ailleurs et besoin de refuge, entre conformisme et transgression, tant l’homme apparaît fantasque, inattendu, désinvolte, révolté, hédoniste jusqu’à l’excès, goinfre et gouffre à la fois ; mille vies n’auraient jamais pu l’assouvir. Il édifie à Rochefort une maison-palais exotique. Un véritable roman-photo le montre tour à tour spahi, Albanais, acrobate de cirque, bédouin sur dromadaire, à dos d’éléphant en Inde ou fumant le narghilé en Turquie, mandarin à Pékin, joueur de pelote basque, pêcheur breton, Osiris, soldat des tranchées en 14-18 ou bien encore presque nu…
Voici la figure singulière d’un officier de Marine anticolonialiste et grand ami de l’Islam devenu académicien français à 42 ans, bourgeois quasiment bigame et ami des têtes couronnées autant que des matelots athlétiques. On a trop souvent réduit à l’exotisme le plus kitsch celui qui fut l’un des écrivains « engagés » du début du XXe siècle et dont on ne cesse de découvrir aujourd’hui la savoureuse modernité.
Et une œuvre dont la magie, d’Aziyadé à Pêcheur d’Islande, de Madame Chrysanthème à Ramuntcho, opère encore, celle d’un inclassable écrivain-voyageur, remarquable dessinateur et photographe, qui nous emmène de l’île de Pâques à Istanbul, de la Terre sainte à la Patagonie, de Pékin à New York, de Tahiti au Sénégal, de la vallée du Nil à celle du Gange. Sacha Guitry écrivit qu’« on devrait mentir en racontant la vie de Pierre Loti, on devrait dire aux jeunes gens : vivait jadis un écrivain que l’on admirait tellement dans son pays qu’une escadre l’accompagnait quand il faisait le tour du monde »…

Un tour du monde animalier sur les traces de Pierre Loti, qui fut l’ami des animaux, leur frère, leur défenseur. Des textes rares où se mêlent la pitié, la colère, l’humour et qui donnent à lire un aspect méconnu et attachant de son œuvre.

Nous sont-elles très inférieures et lointaines, ces bêtes familières, ou bien terriblement voisines ? Est-il beaucoup plus épais que le nôtre, le voile de ténèbres qui leur masque la cause et le but des existences ?… Mais non, jamais, jamais il ne sera donné à aucun de nous de rien déchiffrer, dans ces petites têtes câlines, qui se font si amoureusement caresser, tenir et comme pétrir dans nos mains…

 

Ainsi démarre la folle aventure d’une jeune fille de vingt et un ans, britannique née en France, que rien ne prédestinait à tenir un tel rôle en Malaisie. Margaret Brooke (1849-1936) raconte sans fards la vie qu’elle mène au Sarawak au temps des « rajahs blancs » et des Dayaks coupeurs de tête. Faisant fi de beaucoup des convenances de son époque victorienne, elle se lie davantage avec ses « amies malaises », qui lui apportent sérénité, curiosité et joie de vivre, plutôt qu’avec la « bonne société » présente sur place. Son récit, Good morning and good night (1934), traduit par Michelle Deperrois-Fayet et Christine Ribardière, est le portrait d’une femme libre, capable de passer des splendeurs d’un pays « exotique » aux fastes de la cour de Londres au gré de l’alternance de ses séjours, et de nourrir ses amitiés avec simplicité auprès de gens humbles comme avec des grands intellectuels tels que Henry James ou Pierre Loti. Tous ses malheurs personnels, avec notamment la perte de ses enfants, n’entament pas un solide appétit de vivre pour profiter à plein de son histoire, dont Alain Quella-Villéger retrace les grandes lignes dans une postface circonstanciée.

 

 

 

 

 

Facebooktwitter