Festival 2021 : Itinérances

ITINÉRANCES

Les 1 / 2 / 3 Octobre 2021

 

                    « Il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant » Antonio Machado

Toute l’histoire des humains montre la continuité du phénomène de mobilité, locale ou lointaine, et de construction de nouveaux itinéraires de vie :

*Mobilité entre villes et campagne et exode rural, expulsions et conversions forcées, expansion vers de nouveaux mondes avec des départs massifs.

 *La peur, l’indigence, la guerre, la misère et l’espoir d’une vie meilleure, ont toujours été d’importants facteurs de mobilité. Le départ est alors volontaire ou forcé, exil, exclusion, déportation, migration.

   *Fondation des colonies, grandes découvertes, création de nouvelles routes commerciales

   *Choix du nomadisme pour des raisons spirituelles, économiques ou culturelles

Toutefois,  au cours des siècles, la sédentarité sera définie comme la norme, plaçant ainsi les populations mobiles aux marges de la société. Aujourd’hui, il est largement reconnu qu’aucune société n’est purement sédentaire, pas plus notre société industrielle que les sociétés anciennes !

nomade Mongolie

Comme le monde moderne est maintenant devenu largement transnational, la notion de nomadisme évolue. La figure du nomade est une figure identitaire, quel que soit le nom qu’on lui donne, réfugié, migrant, apatride, vagabond, personne déplacée ainsi que ceux qui voyagent  et vivent successivement dans différents pays. Bien sûr, ces “nomades” contemporains peuvent  encore déclencher des peurs chez les sédentaires, mais le monde  d’aujourd’hui, ouvert et interconnecté, s’adapte très bien à la discontinuité territoriale et à l’itinérance.

Aujourd’hui, l’itinérance met en avant la richesse des rencontres plus que la traversée des nations et de leurs frontières. Elle est aussi au cœur de nombreuses démarches artistiques contemporaines et de la prise de conscience que les problématiques environnementales doivent être traitées à l’échelle planétaire !

Nous sommes dans l’itinérance. Nous ne sommes pas en marche sur un chemin balisé, nous ne sommes plus téléguidés par la loi du progrès. L’itinérance se nourrit d’espérance et elle est, plus que jamais, indissociable du destin de notre planète.

Il nous faudra toujours, chercher, découvrir, résister, inventer et aimer…

nuage de mots

 

Nota bene

Pour cause de  crise sanitaire, le  festival de Thénac qui devait se dérouler les 26-27-28 mars 2021 a été déprogrammé. Nous proposons, les 1/2/3 octobre 2021,  un festival dans une version allégée. Nous avons tenu à respecter la structure qui  fait le succès du festival, avec les points forts que sont les conférences, les projections de films documentaires, les rencontres littéraires et les animations jeunesse.                            

Facebooktwitter

Evelyne Néron Morgat

Evelyne Néron Morgat

Evelyne Néron Morgat

Biographie

Native d’Oléron, petite-fille d’ostréiculteur et femme de marin-pêcheur, je souhaite partager des traditions maritimes,
en faisant vivre au travers de mes romans les aventures de personnages passionnés au destin singulier.
J’ai consacré ces 20 dernières années à la reconstruction et à l’animation du petit village ostréicole de Fort Royer, un
domaine ancestral modelé par la mer et la sueur des hommes, pour lui redonner un peu l’âme qu’il avait autrefois.
Adjointe en charge de l’environnement, du patrimoine, des espaces naturels et des marais sur la commune de Saint-Pierre d’Oléron, j’oeuvre pour la protection et la valorisation de mon île, exceptionnellement riche mais fragile, sans oublier de remettre l’homme au coeur de son environnement dans le cadre du commun et du vivre ensemble.

« A la vie à la mer « Éditions Gabelire

Bien installée à Oléron, dans son entreprise ostréicole artisanale, Mélina ne parvient pas à tourner la page de son histoire d’amour avec Nathanaël. Pour défendre son avenir, elle doit se battre contre Rodolphe qui règne en maître tyrannique sur le port. Et si elle trouvait en Nathanaël un allié pour défendre la pêche traditionnelle ? Malmenée par la vie, Mélina survivra-t-elle à la violence de ce milieu maritime à bout de souffle ?

Bibliographie

2019 – Qui veut la peau de Moris le coq  – : Editions Terres de l’Ouest

Facebooktwitter

Eddy L. Harris

 

 

Eddy L. Harris

Eddy Harris

Écrivain et cinéaste qui voyage sur les lieux où s’est reconstruite la diaspora noire. Né aux USA dans le Missouri, il évoque dans ses livres l’histoire des noirs américains, de l’esclavage jusqu’à son abolition, de la ségrégation à la pleine jouissance des droits civiques, du rejet jusqu’à l’intégration. Il a, en tête d’autres chemins, que les hommes parcourent pour construire leur vie,dont il voudra être le témoin.

Biographie (source Babelio ) 

Eddy L. Harris est né à Indianapolis. Poussé par son père, il fait des études dans un collège blanc catholique, premier pas vers la Stanford University. À 30 ans, il décide de descendre le Mississipi en canoë et fait du récit de cette expérience la matière de son premier livre, A Mississipi Solo (1988).
Native Stranger (1992) raconte le voyage d’un Blackamerican au coeur de l’Afrique.

Southern Haunted Dream (1993) naît de sa traversée du Sud des Etats-Unis à moto, sur les traces de Amérique de l’esclavage et du racisme quotidien.

Still life in Harlem, qui paraît en 1996 (Harlem en traduction française, Liana Levi, 2000), mêle portraits et réflexions au cours des deux années qu’il a choisi de vivre au coeur de ce quartier new-yorkais symbole de l’espérance noire, passée et présente.

Jupiter et moi (Liana Levi, 2005), est une évocation de la figure paternelle.

Aujourd’hui, Eddy L. Harris a quitté Harlem et élu domicile en France (à Paris puis aujourd’hui en Poitou-Charentes), tout en voyageant régulièrement à travers les États-Unis.

Film  ( source wikipédia)

Bibliographie 

  • Mississippi Solo , 1988.
  • Native Stranger , 1992. (Sélectionné comme « livre remarquable de 1992 » par le New York Times )
  • Au sud de Haunted Dreams , 1993.
  • Still Life in Harlem , 1996. (Sélectionné comme un « livre remarquable de 1997 » par le New York Times ), traduit en français par Harlem , 2007.
  • Jupiter et Moi , 2005.
  • Paris en noir et noir , 2009.

           

 

 

Facebooktwitter

Fondation ANAKO


Fondation ANAKO

Fondation ANAKO 

La Fondation ANAKO oeuvre à la constitution et à la préservation des mémoires audiovisuelles des cultures de tradition orale.

Pour constituer une mémoire des peuples racines, elle met en place des programmes de terrain avec les communautés autochtones et assure la collecte, la numérisation et la conservation des mémoires audiovisuelles des peuples les plus menacés de la famille humaine.

Qui sont les peuples autochtones ?

Les peuples autochtones sont les descendants des premiers habitants des terres sur lesquelles ils vivent. Ayant subit divers processus de colonisation, ils restent aujourd’hui sous domination culturelle, économique, sociale, minorisés politiquement au sein d’Etats Nations qui ne les reconnaissent pas en tant que peuples distincts, avec leurs propres organisations socio-culturelles et leurs modes de vie marginaux (chasseurs-cueilleurs, éleveurs transhumants, essarteurs, etc.)
Ils représentent aujourd’hui environ 300 millions de personnes, soit 4% de la population mondiale. 

Le film sera diffusé en présence d’Hervé Valentin, docteur en économie du développement,  co-fondateur de la Fondation ANAKO, coordinateur de l’International Commission for the Rights of Aboriginal people – Commission internationale pour les droits des peuples autochtones, il se charge des relations avec les correspondants autochtones et les différents associations de solidarité internationale.:

Facebooktwitter

William Léger

William Léger

William Léger

 

Habitué des voyages au long cours, William a pris l’habitude de quitter les sentiers battus pour créer ses propres itinéraires. Marcheur de fond, traileur et marathonien, rien ne laissait pourtant penser que cet ancien enseignant d’université, marié et père de deux jeunes enfants, plaquerait tout pour réaliser le rêve d’une vie à 37 ans.

 

 

film - ça marche pour moi

Article dans L’Équipe

 

 

Facebooktwitter

Laetitia Klotz

Laetitia Klotz

Laetitia klotz Biographie ( source Transboréal)

Née à Paris en 1981, Lætitia Klotz a grandi à Maule, dans les Yvelines, à équidistance de Versailles, Rambouillet et Mantes-la-Jolie. Ses parents, un Français d’origine alsacienne, et une Vietnamienne élevée à Djibouti, lui transmettent le goût de l’ailleurs. Rapidement, elle veut partir, voyager, connaître et peut-être vivre à l’étranger.

Après deux années de classe préparatoire littéraire, puis des études d’espagnol à la Sorbonne, doublées d’une année en Erasmus à Séville, et de sciences politiques à l’IEP de Bordeaux, Lætitia Klotz travaille pour l’Unesco avant de rejoindre l’ambassade de France à Madrid. Là, elle participe à Radio Círculo de Bellas Artes, qui propose des émissions dédiées aux arts, aux sciences et à la culture, dans le cadre du Cercle des Beaux-Arts. Se confirme alors son appétence pour ce type de média, qu’elle avait découvert à France Bleu Gironde lors de ses études.

Curieuse du monde, Lætitia Klotz privilégie d’abord les courts séjours à l’étranger : Angleterre, Andalousie, Texas, Mexique, Floride, Vietnam sont ses premières destinations. Puis, au début de 2008, elle découvre le Yémen, par amour – et c’est un véritable coup de cœur. Dans la cité millénaire de Sanaa, elle savoure chaque promenade, chaque coucher de soleil sur les montagnes, et se nourrit au fil du temps de ses rencontres avec la population. Elle y restera trois ans, qui lui permettront de se familiariser avec la langue arabe et d’approfondir sa connaissance de l’islam. Au terme de cette période heureuse, il lui faut plier bagage, poursuivre ce qui deviendra une véritable trajectoire d’expatriée. Prochaine destination : l’Arabie Saoudite, bien différente du Yémen, plus fermée, plus secrète, mais riche aussi de rencontres et d’expériences inouïes.

À l’issue de trois années en Arabie Saoudite, le besoin de se raccrocher à une terre, d’avoir un port d’attache s’impose. Ce sera Saint-Jean-de-Luz et le Pays basque. Lætitia Klotz s’y fait des amis, une famille, sait que sa maison est là, désormais. Cela lui permet de repartir encore plus librement : à Singapour, d’abord, où elle travaille au lycée français, renoue avec la radio et s’investit dans une association d’aide aux employées de maison maltraitées – ce qui aboutira à la publication d’un ouvrage collectif, Our Homes, Our Stories: Voices of Migrant Domestic Workers in Singapore (HOME, 2018). Mais l’appel de la « perle de l’Afrique » se fait entendre. En septembre 2018, la voyageuse arrive à Kampala et, forte de son goût pour la radio, crée Bonjour Kampala, la première web-radio francophone d’Ouganda, où elle anime une émission sur les femmes, « L’École des femmes ».

Bibliographie

Intime Arabie, Confidences saoudiennes 

  Extrait ( source Transboréal)

Le camp :

« Cela fait presque deux mois que j’habite à Jubail, en Arabie Saoudite. J’ai l’impression de n’avoir encore rien fait, rien mis en place, rien vu d’autre que mon compound. Ma vie se réduit à des promenades redondantes et circulaires, dans les fins d’après-midi. Deux kilomètres, cela peut être long avec deux enfants en bas âge. La partie arrière, côté sud, en bordure du mur, n’est pas des plus charmantes, alors nous nous contentons en réalité de la façade maritime. Nous y faisons des allers-retours, passant d’une plage à l’autre, de la pointe est à la pointe ouest. Puis vice versa. Nous avançons à petits pas ; je regarde la mer, la ligne de bouées orange qui délimite la frontière de notre monde avec le vrai monde. La mélancolie m’assaille. Ce n’est qu’un petit bras de mer fermé et l’on ne voit rien à l’horizon si ce n’est la rive d’en face. Même si elle est en Arabie, qu’elle n’est ornée que d’une mosquée et de ses minarets, que personne ne s’y promène, cette rive me paraît belle, vaste, libre. Elle signifie la possibilité d’une évasion, de sortir de mon enclos. Comme si, de l’autre côté de mes murs, de la ligne de bouées, sur cette plage d’Arabie, il y avait la liberté. »

Éditions Transboréal 2020

Facebooktwitter

Sabine Hautefeuille

Sabine Hautefeuille

Sabine Hautefeuille Biographie
Sabine Hautefeuille vit dans le Pas de Calais
Après des études d’Arts Appliqués elle travaille de nombreuses années dans les arts graphiques
puis comme Designer textile.
Passionnée par les peuples de la Terre, elle s’exprimera dans un premier temps par la peinture et
la création de carnets de voyages.
Sa curiosité et sa soif de liberté la pousseront à s’envoler dans l’imaginaire des illustrations pour
enfants.
Elle crée alors son propre univers, ses propres ambiances composées de dessins à l’encre et
aquarelle.
Elle aime placer l’humour et faire passer le message du respect de l’autre et de la nature.

Peintures expositions
– « Portraits d’Ethiopie » Peintures acrylique sur palettes bois
– « Les flamboyants » Huile sur toiles

Bibliographie
– Carnet de voyage « Togo Bénin » Auto-édition parution 2009
– Carnet de voyage « Ethiopie la vallée de l’Omo »
Editions Reflets d’Ailleurs parution 2010
– Kamishibai « la petite poucette » Editions Les Fées du Château parution 2013
– « Contes merveilleux de la savane »
Textes de Virginie Mouanda Editions Tropique parution 2013
– « Le margouillat gourmand » contes africains (textes de Yves Pinguilly)
Editions Cipango parution 2016
– « Le dromadaire qui voulait voir la mer » Album CD musical
( textes et musique de Hassen Ayeche ) Editions Cipango parution Sept 2018
– A l b u m « B a s i l e e s t amoureux » Zigomo éditions parution Nov 2018
– Album « Zélie et le 6e continent » Zigomo éditions parution Nov 2018
– Album « Papou le fou » Zigomo éditions parution Mai 2019
– Album « Vic et Lou » Editions Grrr’art parution Février 2020
– Album « L’homme et la mouche Editions Koikalit parution Mars 2020
– Album « Les enquêtes de Boniface Goupil » Zigomo éditions parution Juillet 2020

Cliquer sur symbole pour site, page Facebook et Instagram

Facebooktwitter

Catherine Goulletquer

Catherine Goulletquer
Catherine GoulletquerBiographie (source Geste Éditions)
Catherine Goulletquer est diplômée en langues étrangères, sciences humaines et journalisme. Elle a été correspondante de presse aux États-Unis de 1989 à 1992 et exercé le métier de journaliste pendant une dizaine d’années avant de se tourner vers l’écriture et la traduction d’ouvrages, tout en enseignant l’anglais. Depuis 2007, elle est psychopraticienne relationnelle et analyste transgénérationnelle dans la région nantaise. Auteure d’une dizaine d’ouvrages, elle a reçu le Prix des Mouettes en l’an 2000 pour Femme de la Côte.

    Livre La Croix d'Orient    « La Croix d’orient » Dacres Éditions

Résumé ( source Dacres Éditions)

N’est-ce pas à ce message spirituel que la croix du caporal, éternelle vigie au-dessus des rives de l’Orient, voulait nous conduire ?

Si tous les gars et toutes les filles du monde… Le caporal-prêtre Chasseraud s’éteint sur l’île grecque de Mytilène (Lesbos) le 11 novembre 1918 à 19 heures. À la même heure, en France, sa famille célèbre l’armistice en le croyant toujours vivant. L’annonce de sa disparition provoque un choc chez sa jeune cousine qui mettra dix ans avant de pouvoir concevoir un enfant. Elle aimerait combler l’absence du défunt par cette vie qu’elle porte en elle mais c’est une fille, Maud, qui naît. Difficile alors pour elle de remplacer l’homme d’église.
Maud n’aura pas d’enfant et sa trajectoire de vie sera bouleversée. À la fin de son existence, toutefois, réapparaît son unique filleule – la fille qu’elle n’a jamais eue – avec laquelle elle va tisser un lien maternel et à qui elle transmet sa mémoire personnelle et familiale.
Quelques années après la disparition de la vieille dame, son héritière affective se lance, dans un dernier élan pour clore son deuil, sur les traces du caporal à Mytilène. Commence alors une véritable odyssée en Grèce et en France pour retrouver le lieu où il repose définitivement. Une quête ponctuée par de troublantes synchronicités et soutenue par une kyrielle d’âmes bienveillantes et généreuses.
L’auteure explore ici les thèmes de la violence de l’Histoire, des loyautés inconscientes et des transmissions familiales, de la foi et de la spiritualité, laïque ou religieuse. L’enquête qu’elle mène rend hommage aux 8 309 soldats morts pour la France sur le front d’Orient pendant la Grande Guerre ainsi qu’à toutes les autres victimes de ces conflits.

Bibliographie

2000 : « Femme de la Côte » (biographie d’ostréicultrice), Geste Éditions, mai 2000, Prix Littéraire des Mouettes, Réédition de poche 2020.

2001 :  «Forêts charentaises » (collectif), Éditions Le Croît Vif

2002 :  « Le commerce des eaux de vie sous l’Ancien Régime » (traduction de l’anglais) de L. M. Cullen, Éditions Le Croît Vif.

2003 :  « Balade en Saintonge Maritime, Une terre née de la mer », Éditions Bordessoules.

2004 : «  Escales sur la côte charentaise », Geste Éditions.

2006 :  « Les maisons de cognac irlandaises dans la France du XVIIIe siècle » (traduction de l’anglais) de L. M. Cullen, Éditions Le Croît Vif.

2007 : « Huîtres, Je vous Aime » (cuisine d’huîtres), Éditions Le Sureau.

  • « Vos Papiers ! » (Biographie d’une exilée politique russe), Éditions La Découvrance.

2014 : « Ces Charentes auxquelles on s’attache » (Collectif), Éditions Le Croît Vif.

2015 : « Vagabondages amoureux », (collectif SAPC), Éditions Le Petit Pavé.

2015 : « Lady Diana Le sacrifice d’une princesse (biographie), Catherine Simon, Éditions du Pérat.

2017 : « Lafayette & Washington À la conquête de la liberté » (roman historique) La Geste Éditions.

2017 : « Lafayette et Washington Conquérants de la liberté », feuilleton audio, Radio Demoiselle fm, été 2017.

2018 : « Magie Loire » (collectif les Romanciers Nantais), Éditions P’tit-Louis.

2018 : « La Croix d’Orient », Dacres Éditions

2020 : « Bêtes en scènes » (collectif Auteurs de Poitou-Charentes), Maïa Éditions

2020 : « Écrits Vins de Nantes » (collectif Les Romanciers Nantais), Éditions P’tit Louis.

2020 : « Voyage » (collectif salon de Noirmoutier), Her de Fêtes.

Facebooktwitter