Concours  » Si tu lisais à voix haute »

Le samedi 21 mai s’est déroulé dans la bonne humeur et la bienveillance notre concours « Si tu lisais à voix haute » s’adressant à des enfants de CM1/CM2.

Des jeunes lecteurs des classes des Écoles de Rétaud et Paul Bert de Saintes y ont participé .

Bravo ! bravo à toutes et tous, enfants et enseignants, pour ce beau moment où la lecture à voix haute fut à l’honneur.

Tous nos jeunes lecteurs sont à féliciter pour les belles lectures faites sous les applaudissements des parents et camarades de classe.

Pendant que le jury se réunissait les comédiennes du « théâtre en chantier » ont lu divers textes :

Anna Gavalda : l’échappée belle, Lola et Simon

Pierrette Flutiaux: des phrases courtes ma chérie et en chemins

Annie Ernaud:  Ecrire la vie et café

Laeticia Colombani: la tresse, le cerf volant

Colette: Nonoche

Après délibération,

Le jury a décerné les prix suivant:

  • 3ème Prix ex aequo pour Nalou « La chèvre de Monsieur Seguin  » et Sasha « La folle invention de Zélie Zébulon » qui ont reçu chacun un bon d’achat pour leur classe respective auprès de notre partenaire PEIRO-CAILLAUD d’un montant de 50 €
  • 2ème Prix pour Lukas « Le pavillon des étoiles » qui a reçu un bon d’achat pour sa classe auprès de notre partenaire PEIRO-CAILLAUD d’un montant de 80 €
  • Enfin le 1er Prix pour Juliette « Le Petit Prince » qui a reçu un bon d’achat pour sa classe auprès de notre partenaire la librairie PEIRO-CAILLAUD d’un montant de 100€

Chaque enfant participant a reçu un livre offert avec le concours de notre partenaire Peiro-Caillaud.

Facebooktwitter

Événements futurs à retenir

Librairie éphémère

Lors de la Foire aux fleurs de Thénac les 7 et 8 mai 2022, nous installerons une librairie éphémère qui permettra à tous d’acheter des livres à petit prix .

Venez tous à ce rendez-vous !!

Concours « Si tu lisais à voix haute »

Le samedi 21 mai , salle Hélène Neveur à 16 H se déroulera dans la bonne humeur et la bienveillance notre concours « Si tu lisais à voix haute » s’adressant à des enfants de CM1/CM2, ce concours ayant pour but de transmettre la joie et le plaisir de la lecture à tous .

ENTRÉE GRATUITE

4 classes se sont inscrites, les classes de CM1/CM2 de l’école primaire de Rétaud et les casses CM1/CM2 de l’école Paul Bert de Saintes .

2 élèves par classe participeront et représenteront leur classe.

Déroulement

Les enfants liront leur petit texte qu’ils auront choisis .

Puis pendant la réunion du jury se déroulera un spectacle présenté par le « Théâtre en chantiers » .

Trois prix seront décernés  :

  • 3ème Prix le lauréat recevra un bon d’achat pour sa classe auprès de notre partenaire PEIRO-CAILLAUD d’un montant de 50 €
  • 2ème Prix le lauréat recevra un bon d’achat pour sa classe auprès de notre partenaire PEIRO-CAILLAUD d’un montant de 80 €
  • Enfin le 1er Prix Le Candidat-Lecteur  vainqueur  recevra un bon d’achat pour sa classe auprès de notre partenaire la librairie PEIRO-CAILLAUD d’un montant de 100€

Les 8 finalistes recevront chacun un livre.

Facebooktwitter

Publication de la nouvelle gagnante

La nouvelle gagnante

Le jury a choisi la nouvelle gagnante pour cette édition 2022.  .

La gagnante est la nouvelle: « Puis, un jour« , citée 7 fois en première place sur un jury de 10 personnes.

La lauréate se nomme Christelle Gerald – 42 ans.

C’est une charentaise qui habite à la Rochelle.

Les deuxième et troisième sont : « l ‘ado et le bateau livre » et  » la fille unique aux quatre soeurs » .

Les résultats ont été présentés au public lors du festival: le dimanche 10 avril à 11h/11h30 salle Hélène Neveur.

Bravo à tous et en particulier à notre lauréate de notre concours de nouvelles édition 2022 !!!

« Puis, un jour« , de Christelle Gerald

Pour Madame V., avec toute mon affection

Puis, un jour…

Les livres et moi…

C’est une grande histoire d’amour… qui a pourtant mal commencé !

Après plusieurs mois sur les bancs du CP, la magie n’avait pas opéré et le mois de juin arrivé, le verdict était tombé : « Cette enfant ne sait pas lire ! ». Sage petite brune à la frange bien droite et aux grands yeux candides, sensible et rêveuse, où mon esprit avait-il vagabondé ? Je ne saurais répondre. Et ne me demandez pas le nom de la maîtresse, il est aux oubliettes. Ne me demandez pas non plus la méthode de lecture avec son adorable personnage censé donner envie aux enfants, il est passé à la trappe. Je me souviens très bien cependant de la convocation à l’école de mes parents, de la colère de mon père et du désespoir de ma mère. Qu’allait-on faire de moi ?

Le soleil brillait en cette fin d’été, les copines profitaient des derniers jours de vacances mais, pour moi, la rentrée des classes avait été prématurée. Cours de rattrapage ou de la dernière chance, allez savoir, en tout cas, l’heure de la sentence avait sonnée : lire ou mourir (de honte pour mes parents !). Ces derniers m’avaient trouvé une préceptrice, notre voisine, ancienne institutrice. Punition suprême quand on a six ans et l’envie de galoper dans la nature, devoir s’enfermer pour décrypter des hiéroglyphes et se transformer si possible en Champollion. Disciplinée et défaîtiste, je m’abandonnais à mon triste sort.

Madame V. me présenta un vieux livre en noir et blanc avec des paragraphes écrits en gros caractères. Elle l’ouvrit à une page, au hasard, me sembla-t-il à l’époque. En quelques lignes, elle avait convoqué les animaux de la forêt pour m’inviter au voyage dans cette contrée inconnue et dangereuse. Vous rappelez-vous ces lettres qui s’élancent, s’enchaînent, se mêlent, s’amoncellent et vous submergent ? Qui sussurent, murmurent, chuintent et grincent en même temps ? Bref, à chaque fois, littéralement le tsunami, le cataclysme, la fin du monde…

Jusqu’à cet instant où un petit hibou fit entendre un faible hululement : « hou… ». Il me fallut tendre l’oreille, ouvrir les yeux pour le retrouver dans le paragraphe. Il m’attendait sagement.

Le hibou fait « hou… hou… ».

En un coup de baguette magique, suivant cet oiseau de nuit, un sentier se frayait dans la forêt des lettres, elles dansaient et chantaient pour moi seule, chuchotant dans ma tête une courte histoire. Finalement, patiente et confiante, ma « marraine la bonne fée » s’était incarnée en madame V. et m’offrait le plus beau des cadeaux.

Un univers singulier s’ouvrit enfin à moi. Il s’enrichit d’amis de papier qui portaient parfois de drôles de noms : Oui-Oui, le Club des Cinq, Fantômette, Martine, les quatre filles du Docteur March, Cosette. Et tant d’autres. Ils me faisaient vibrer, rire, trembler ! Tout texte était à goûter, à déguster et savourer, voire détester. Je découvris aussi des lieux emplis de trésors qu’on nomme librairie et bibliothèque. Dans le grand livre de ma vie, une page avait été tournée et une nouvelle s’écrivait.

Les années passant, la dévoration se poursuivit. Parfois avec moins de goût quand l’exercice se voulait trop scolaire, Balzac et Zola devenant assommants à force d’être décortiqués. Parfois avec jubilation quand le texte se veut incisif et grinçant, sous la plume de Vian. Parfois avec délectation quand les mots épousent la beauté. Comment transcrire la force évocatrice et la succulence des vers au détour d’une poésie ou d’une tragédie  ? Aragon et Racine se transformaient en chefs d’orchestre, entonnaient une symphonie et me filaient des frissons.

« Mais enfin, lequel, dans cette mer de livres, vous a influencée ? », allez-vous me demander. Patience, on y arrive.

Finalement la lecture m’avait embarquée dans une aventure au long cours, loin.

Elle fut ma boussole dans le grand labyrinthe de la vie, je suivais les méandres qu’elle traçait. 

Bref, la lecture comme un phare dans la nuit…

Puis, un jour, l’urgence de dire, de trouver les mots pour écrire, traduire, sublimer ce qu’on vit.

Dire à l’absent le plus important.

Ne pas y arriver. Par pudeur ou par fierté.

L’histoire pour transformer mon histoire.

Les mots avaient été des compagnons de voyage, ils allaient devenir mes alliés.

Ainsi, telle Alice au pays des merveilles, je basculai de l’autre côté et décidai, à mon tour, d’écrire.

Douloureux exercice. Des mots venaient, se bousculant parfois, des bribes s’inscrivaient, aucun récit n’aboutissait. Les phrases volubiles s’imposaient au silence, les mots justes se cachaient. Vertige de la page blanche à peine noircie. Nul auteur pour venir à mon secours. Colette, Kessel, Neruda, Kerouac et tant d’autres figuraient aux abonnés absents. Ils devaient faire la fête tous ensemble, me laissant seule avec mon mutisme et mon impuissance. Tourment absurde de l’apprentie. Bercée par la poésie de Rimbaud, perdue dans les longueurs de Proust, nourrie du style épuré de Yourcenar, admirative de l’écriture ciselée de Duras, je naviguais dans des eaux troubles où les mots-vagues ne m’obéissaient pas.

C’est à ce moment-là qu’un livre embarqua avec moi. Un passager clandestin, au nom inhabituel et long, s’invita. Il se présenta, poliment, puis, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part* s’assit tranquillement à mes côtés et, de manière presque tendre, entama un récit. Et un deuxième. Et encore un autre. Car il en recelait plusieurs. Il me narra des histoires emplies de fiertés, de failles, de joies, de peines et d’espoirs, dans ma langue. Portraits des gens d’aujourd’hui, de monsieur et madame tout-le-monde, dans leur singularité, gais, blessés, lucides, courageux, embrouillés, jamais pathétiques, vivants.

Lentement, les paroles de cet inconnu s’insinuèrent en moi, réchauffant mon cœur, parcourant mon corps, fissurant mon carcan, éveillant ma voix. Il n’y a pas d’exercice de style. Nul besoin de s’inspirer, d’imiter, uniquement la nécessité de se séparer. De trouver son identité et sa liberté de ton. J’eus l’impression de venir au monde une seconde fois. Raconter, en quelques pages, l’intensité de la vie, ces instants fascinants où tout bascule. Et suivre simplement le cours de la langue-fleuve. Les conteuses de jadis murmuraient dans ma tête tandis que je reprenais la barre de mon bateau-livre. Mon passager avait débarqué comme il avait embarqué, subrepticement. Il me restait de lui une trace invisible et indélébile. Comment ce voyageur inattendu avait-il pu me libérer ? Une fois de plus, je ne saurais répondre. Je ne peux que le remercier de m’avoir fait naître écrivaine.

* Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, Anna Gavalda, 1999

Facebooktwitter

Les deux grandes conférences

Deux grandes conférences émergent dans notre programmation diverse et très riche et le festival est heureux de vous les offrir.

Afin que tout le monde puisse y accéder, les entrées sont libres.

Samedi 9 avril 2022, de 10 h à 12 h, salle Hélène Neveur

Possibilité de petite restauration bio  sur place à L’Escale

Stephane-Dugast
Stéphane Degast

Odyssées Blanches

 Sciences, aventures et explorations.

L’histoire commence en 1947 lorsque l’homme décide d’explorer les dernières terres inconnues. D’intrépides aventuriers français vont multiplier  les expéditions au Groenland et en terre Adélie avec l’ambition de faire progresser les sciences. A force de courage et d’héroïsme ces pionniers vont comprendre les premiers que les glaces sont les gardiennes du climat. Cette page méconnue de l’histoire de l’exploration est totalement éclairante pour notre avenir.

Dimanche 10 avril 2022, de 10 h à 12 h, salle Hélène Neveur

Possibilité de petite restauration bio  sur place à L’Escale

Romain Bertrand

«Par monts et par mots : les Grandes Découvertes, entre histoire et littérature »

L’historien Romain Bertrand s’attaque à l’un des phénomènes majeurs de l’histoire européenne, les Grandes découvertes, et à l’un de leurs héros : Magellan.

Il nous propose ici une relecture du tour du monde de 1519-1522, en nette rupture avec l’imagerie traditionnelle véhiculée par les récits historiques que nous connaissons tous. Un regard neuf et audacieux qui dépasse la vision nationale, voire nationaliste des recherches historiques, pour tenir compte des connexions qui traversent les frontières.

Plusieurs questions sont ainsi posées : L’historien est-il aussi un conteur ? La légende court-elle plus vite que la réalité des archives ? L’érudition historique suffit-elle à raconter l’histoire ? Quel rapport l’histoire peut-elle entretenir avec la littérature.                                               

Facebooktwitter