Olivier Ginestet

Olivier GINESTET
Olivier Ginestet

BIOGRAPHIE

Olivier Ginestet est né à Saint-Martin-d’Hères, dans la banlieue de Grenoble, le 6 juillet 1977. Dès le mois de septembre suivant, ses parents déménagent à Royan. Il y vit jusqu’à 25 ans avant de s’installer à La Rochelle.

À 16 ans, il quitte l’école pour entrer dans la vie active. Victime d’un accident de moto, il est hospitalisé plusieurs semaines et découvre les plaisirs de la lecture au cours de sa longue rééducation. Jeune homme engagé, il s’intéresse d’abord aux documentaires historiques et politiques.

Sa nouvelle passion l’encourage à reprendre des études. Il passe l’équivalent du baccalauréat grâce à des cours par correspondance puis enchaîne un DEUG, une licence et un master d’histoire contemporaine. Étudiant salarié, il occupe des emplois précaires avant de devenir bibliothécaire du conservatoire de musique et de danse de La Rochelle en 2004.

En 2006, il publie son premier livre, une biographie consacrée à Emile Combes, l’un des pères de la Séparation des Eglises et de l’Etat en France. Ce premier ouvrage est qualifié par Vincent Peillon, ancien ministre de l’Education nationale, de « joli et vif petit livre ». Les éditions La Geste lui commandent ensuite un ouvrage sur le précurseur de l’écologie urbaine, Michel Crépeau.

En 2014, il participe à l’ouvrage dirigé par Olivier Lebleu, « Maires courage de La Rochelle », dont les droits d’auteur sont reversés à la municipalité de La Rochelle, geste symbolique après l’incendie de l’Hôtel de ville.

En 2010, Olivier Ginestet écrit un conte pour enfants, « Lucas et la forêt des loups ». Mis en musique par Laurent Jacquier, le conte est créé par Jean-Louis Foulquier et l’Orchestre d’Harmonie de la Ville de La Rochelle en 2012. Depuis, « Lucas et la forêt des loups » est régulièrement joué par d’autres orchestres, comme en 2015 par la Philhar de Nantes.

Le succès de cette expérience l’encourage à écrire d’autres contes : « Le Monde de Lucas Zomb » en 2014, et « Alice l’étrangère » en 2018.

Olivier Ginestet est également l’auteur des romans « Le Pont » et « Un Couple ». Ces livres évoquent deux histoires différentes mais possèdent de nombreux points communs. Les prénoms des personnages principaux (Lucas et Sandrine), la ville de La Rochelle comme toile de fond, un héros désabusé, l’addiction à l’alcool, l’importance des livres et de la musique ou encore le rejet de l’autorité religieuse sont des thèmes récurrents dans les deux romans.

En 2016, Olivier Ginestet crée les éditions Amok, dont le nom référence au roman court de Stefan Zweig, Amok ou le fou de Malaisie. Maison d’édition indépendante spécialisée dans la publication de textes courts, Amok publie Olivier Lebleu, Isabelle Flamand, François Varay, Jean-Paul Rigaud, Jacques Buisson, Aileen L. Munroe, Aymeric du Riez et Lee-Ann d’Alexandry. Amok est également connu pour avoir publié un recueil de textes inédits de Joseph Kessel sur la Première Guerre mondiale, repris par Gallimard dans la collection Folio en 2018.

BIBLIOGRAPHIE

  • Emile Combes, La Geste, 2006
  • Michel Crépeau, préface Vincent Peillon, La Geste, 2008
  • Lucas et la forêt des loups, conte pour enfants, musique Laurent Jacquier, création Jean-Louis Foulquier, OHVLR, 2012
  • Le Maire novateur, in Maires courage de La Rochelle (dir. Olivier Lebleu), Le Croît vif, 2014
  • Rochelle, in Ces Charentes auxquelles on s’attache (collectif), Le Croît vif, 2014
  • Le Monde de Lucas Zomb, conte pour enfants, création Conservatoire de La Rochelle, 2014
  • Le Pont, Amok, 2017 (première édition 2014)
  • Un Couple, Amok, 2017
  • Alice l’étrangère, conte pour enfants, création C d’Accord sous le nom Etrange étrangère, 2018
  • Michel Crépeau, une jeunesse radicale, Amok, 2019

Sa page Facebook

Site des Éditions Amok

Facebooktwitter

Isabelle Flamand

Isabelle Flamand
Isabelle Flamand

BIOGRAPHIE

Source son site Isabelle Flamand

Née en 1972 en région parisienne, Isabelle Flamand est diplômée de l’Université Paris IV la Sorbonne en Histoire.

Enseignante en histoire-géographie depuis 1996, elle est

actuellement en poste en Charente-Maritime, après avoir exercé en Nouvelle-Calédonie et en Seine-et-Marne.

L’écriture est une évidence depuis longtemps. De cahiers en journaux, elle arrive progressivement au roman. Le premier est publié en 2010.

Depuis, elle consacre un temps quotidien à ses histoires, ces moments de vie et ses personnages…

BIBLIOGRAPHIE

  • Les rescapés, Roman L’Harmattan 2010
  • L’autre femme, Roman Pascal Galodé 2011
    Trois jours, Roman Amok 2016
  • La Dette, Roman L’Harmattan 2016
  • Une obsession, Roman Amok 2020 

Sa page Facebook

Facebooktwitter

Christophe Dabitch

Christophe Dabitch

BIOGRAPHIE

Source son site Christophe Dabitch

Après une maîtrise de lettres à la Sorbonne, de sciences politiques à Paris et l’IUT de journalisme à Bordeaux, Christophe Dabitch devient journaliste indépendant en presse écrite et audiovisuelle. Il collabore notamment avec Sud Ouest et La Nouvelle République, France 3 et plusieurs publications (Le Festin, Le Passant ordinaire, le Monde diplomatique, Passages, La Lunette…). Critique littéraire pour Le Matricule des anges, il anime aussi des rencontres littéraires et des ateliers d’écritures. Il réalise des documentaires et des magazines pour la télévision (Dabic et Dabitch, un cousin serbe pour ARTE, Les gens des charrettes, Le Dernier exil pour France 3…)

Il a écrit plusieurs récits historiques, il a participé à un ouvrage collectif, Journalistes précaires, sous la direction du sociologue Alain Accardo, à la traduction d’un livre du philosophe des sciences canadien Ian Hacking, co-dirigé une anthologie de textes, Patrick Espagnet, l’ébranleur des zincs de marbre (éditons Le Castor astral).

Il est l’auteur de récits de voyage en compagnie de dessinateurs et de photographes, notamment Voyages aux pays des Serbes (éditions Autrement) avec le dessinateur David Prudhomme, Les autres, balade araméenne, avec le photographe Christophe Goussard, (éditions Filigranes) ou encore L’adieu au fleuve (éditions Filigranes).

Il écrit des scénarios de bandes dessinées publiées aux éditions Futuropolis, notamment Abdallahi et Jéronimus avec Jean-Denis Pendanx, et La Ligne de fuite et Mauvais garçons avec Benjamin Flao, La Colonne avec Nicolas Dumontheuil et Le Captivé avec Christian Durieux. Il a également écrit deux livres avec deux collectifs de dessinateurs : Immigrants et Être là, avec Amnesty International (éditions Futuropolis).

Il a également co-organisé à Bordeaux, avec Delphine Leccas et Christophe Goussard, en 2015, un festival consacrés aux artistes syriens: L’art en marche, artistes syriens d’aujourd’hui.

BIBLIOGRAPHIE

Source Wikipédia

Récits

  • Azimut brutal, (Traversée d’un paysage en ligne droite le long du 45° Parallèle nord, en Dordogne). éd. Signes et balises, 2018.
  • L’Adieu au fleuve, avec le photographe Christophe Goussard (Itinéraire intime sur les rives de l’estuaire de la Gironde, de Royan à Bordeaux, une rive en images, une rive en textes). éd. Filigranes, 2015.
  • Le Corps juste, Hamid Ben Mahi / Alain Bashung, avec le photographe Christophe Goussard (Evocation du travail du chorégraphe hip-hop Hamid Ben Mahi autour de la figure d’Alain Bashung). éd. Filigranes, 2013.
  • Les Autres, balade araméenne, avec le photographe Christophe Goussard (Récit documentaire et fictionnel en Syrie, avant la guerre, dans le village de Maaloula). éd. Filigranes, 2009.
  • Les Capucins, géographie du ventre, avec les dessinateurs et photographe Cromwell, Dumontheuil, Escher, Esparbet, Moynot, Pendanx, Prudhomme, Witko. (Approches multiples d’un quartier bordelais, au croisement de nombreuses histoires). éd. Le Cycliste, 2005, rééd. en 2014.
  • Lendemains, avec le photographe Grégory Valton (Préface à un travail photographique mené en Serbie). Poursuite éditions, 2005.
  • Le Tramway de Bordeaux : une histoire. éd. Sud-Ouest, 2004.
  • Voyages aux pays des Serbes, en collaboration avec le dessinateur David Prudhomme (Récit de voyage en Serbie, du nord au sud et au hasard des routes, dix ans après un documentaire réalisé dans ce pays durant les guerres yougoslaves). éd. Autrement, 2003.
  • Journalistes précaires, collectif, sous la direction du sociologue Alain Accardo (Travail d’entretiens autour de la précarité et ses conséquences dans le milieu journalistique). éd. Le Mascaret 1998 puis rééd. Agone, 2007.
  • Les Cinquante Otages : un assassinat politique (Récit de l’assassinat d’otages à Bordeaux, à la suite de ceux Chateaubriand, par l’occupant nazi en 1941). éd. CMD, 1999.
  • L’Âme réécrite, études sur la personnalité multiple et les sciences de la mémoire, du philosophe des sciences canadien Ian Hacking (co-traduction et réécriture). éd. Synthélabo, coll. « Les empêcheurs de tourner en rond », 1997.

Bandes dessinées

  • Mécaniques du fouet, Vies de Sainte Eugénie, avec Jorge Gonzàlez (dessin) (Portrait d’Eugénie Guillou, nonne qui devint spécialiste de la fessée et des mises en scènes sexuelles à Paris à la fin du xixe siècle). Futuropolis, 2019
  • Être là, avec Amnesty International, avec un collectif de dessinateurs : Zeina Abirached, Sergio Aquindo, Daniel Blancou, Christian Durieux, Manuele Fior, Benjamin Flao, Jorge Gonzalez, Piero Macola, Laureline Mattiussi, Jose Munoz, Gabrielle Piquet, Damien Roudeau, Michael Sterckeman, Guillaume Trouillard (Reportages graphiques dans différents pays – France, Allemagne, Angleterre, Grèce, Argentine, Cambodge, Liban – en écho au travail d’Amnesty International, rencontres avec des personnes se battant pour leurs droits). Futuropolis, 2014
  • Le Captivé, avec Christian Durieux (dessin) (L’histoire d’Albert Dadas, ouvrier du gaz à Bordeaux à la fin du xixe siècle, premier  » fugueur pathologique  » diagnostiqué au monde et de sa rencontre avec le psychiatre Philippe Tissié). Futuropolis, 2014.
  • La Colonne, avec Nicolas Dumontheuil (dessin), 2 tomes puis Intégrale.(Récit satirique de la mission Voulet-Chanoine en Afrique de l’Ouest, l’histoire méconnue d’un massacre colonial8). Futuropolis, 2013 et 2014.
  • Immigrants, avec un collectif de dessinateurs : Étienne Davodeau, Christian Durieux, Benjamin Flao, Manuele Fior, Christophe Gaultier, Simon Hureau, Étienne Le Roux, Krist Mirror, Jeff Pourquié, Diego Dona Solar, Troub’s, Sébastien Vassant, (Entretiens mis en dessins avec des personnes devenues Françaises ou en voie de l’être, à Blois, Bordeaux et Paris). Co-éd. Festival BDBoum Blois, Amnesty International, Festival Les Rendez-vous de l’histoire. Futuropolis, 2010.
  • Mauvais Garçons, avec Benjamin Flao (dessin), 2 tomes (Le portrait de Manuel et Benito dans le milieu du flamenco à Utrera, en Andalousie, avec les poèmes chantés, les Soleas, qui rythment la vie). Futuropolis, 2009
  • La Ligne de fuite, avec Benjamin Flao (dessin) (De Paris jusqu’en Éthiopie, un jeune poète auteur de faux poèmes de d’Arthur Rimbaud dans la revue Le Décadent a pour mission de ramener des vrais poèmes de celui qui a préféré se taire). Futuropolis, 2007
  • Jeronimus, avec Jean-Denis Pendanx (dessin), 3 tomes et intégrale (L’histoire du naufrage sur des îles australiennes du bateau le Batavia, de la Compagnie néerlandaises des Indes orientales, la V.O.C., et de celui qui deviendra un tyran sanguinaire, Jeronimus Cornelisz). Futuropolis, 2008 à 2010
  • Le Jour où, collectif, contribution à un livre collectif avec Jean-Denis Pendanx, (Une histoire imaginaire sur la chute du Mur de Berlin, dans un mirador le jour où...). Futuropolis et France Info, 2007.
  • Abdallahi, avec Jean-Denis Pendanx (dessin), 2 tomes et intégrale (Le journal intime de l’explorateur René Caillié, début 19°, le « découvreur » de Tombouctou), Futuropolis, 2006.
  • Roi des Mapuche, avec Nicolas Dumontheuil (dessin), 2 tomes puis Intégrale. Futuropolis, 2021. L’histoire romancée d’Antoine de Tounens (sous le nom fictif d’Antoine de Lunens), roi d’Araucanie et de Patagonie.

PRIX

* 2008 : prix Leclerc de la bande dessinée pour un premier album attribué à Benjamin Flao pour La Ligne de fuite (éditions Futuropolis).

  • 2012 : prix Corderie royale – Hermione (jury présidé par Erik Orsenna) pour Jeronimus avec Jean-Denis Pendanx (éditions Futuropolis).
  • 2015 : prix Estuaire pour L’Adieu au fleuve (éditions Filigranes).
  • 2015 : prix Élisée-Reclus (Festival Les Reclusiennes) pour ImmigrantsÊtre là, avec Amnesty international et Le Captivé (éditions Futuropolis)

.

Facebooktwitter

Cendrine Bonami-Redler

Cendrine Bonami-Redler
Cendrine Bonami-Redler

SA PRÉSENTATION

Passionnée par mon travail, les rencontres, le hasard de la vie, je suis riche d’une double formation (graphisme et d’architecture d’intérieure), ce qui constitue ma spécificité. J’aime à dire que je suis « graphiste pour l’espace ».
Durant toutes ces années, je n’ai jamais cessé de dessiner. Je regarde ce que l’on ne voit plus. Je préserve ce qui est voué à disparaître. Je dessine pour témoigner. La poésie de l’ordinaire.
Souhaitant retransmettre ce que j’ai eu la chance d’apprendre, j’enseigne dans des écoles supérieures et j’anime – parfois – des stages de dessin en voyage.
En 2014, je publiais l’ouvrage « De baraque en baraque » (éd. la ville brûle), cinq fois primés. En 2018 est paru « Dans son jus – voyage sur les zincs » avec Patrick Bard aux Éditions Élytis, lui aussi primé par le Prix du Public à Clermont-Ferrand en 2016. Et en 2020, « 2054, voyage en transition » toujours aux éditions Élytis et « Je ne m’arrête jamais » aux éditions Sous la glycine.

SES OUVRAGES

2054, voyage en transition

Éditions Elytis 2020

Je ne m’arrête jamais

Éditions Sous la glycine 2020

Dans son jus, voyage sur les zincs

Éditions Elytis 2018

Carnet Péi

Auto-édition 2016

De baraque en baraque, voyage au bout de ma rue

Éditions La Ville brûle 2014

Sur la toile

Son site CendrineBonamiRedler

Sa chaîne Youtube Cendrine Bonami-Redler

Son Instagram Bonamiredler

Revue de presse

Cendrine Bonami – Redler revue de presse

Facebooktwitter

Romain Bertrand

Romain Bertrand

BIOGRAPHIE

Directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques depuis 2008, Romain Bertrand est diplômé de l’institut d’études politiques de Bordeaux (1996) et a obtenu son doctorat de sciences politiques à Sciences Po Paris en 2000. Sa thèse portait sur les trajectoires d’entrée en politique de membres de l’aristocratie javanaise en Insulinde coloniale (Indonésie néerlandaise) des années 1880 aux années 1930. Il a rejoint le CERI en 2001.

Il a fait partie des comités de rédaction des revues Critique internationaleGenèses et Raisons politiques. Il est actuellement membre du comité de rédaction de la revue Annales. Histoire, sciences sociales, ainsi que des comités de lecture des revues Politix. Revue des sciences sociales du politique et Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est.

Il a effectué des séjours de recherche à l’Universiti Kebangsaan Malaysia (en) et à Oxford (Nuffield College) et a été professeur invité au département de Relations internationales de l’Université Fudan de Shangaï et au département de Sociologie de la New School for Social Science Research de New York.

De 2009 à 2012, il a codirigé à Sciences Po, avec Stéphane van Damme (Centre d’histoire de Sciences Po), le séminaire de recherche « L’épreuve des Indes. Les fabriques impériales de la modernité », qui traitait de l’historiographie de la construction et de la circulation des savoirs en situations de « rencontre impériale3 ».

Il est aujourd’hui l’un des représentants, en France, du courant historiographique dit de l’« histoire connectée », qui se donne pour tâche d’écrire une histoire plus équitable des situations de contact entre Européens et Asiatiques à l’époque moderne.

BIBLIOGRAPHIE

  • Qui a fait le tour de quoi ? L’affaire Magellan, Verdier, 2020.
  • L’exploration du monde. Une autre histoire des Grandes Découvertes (dir.), Paris, coll. L’Univers historique, Seuil, 2019.
  • Le Détail du monde. L’art perdu de la description de la nature, Paris, coll. L’Univers historique, Seuil, 2019.
  • Colonisation: une autre histoire, Paris, La Documentation Française, coll. La Documentation photographique, 2016.
  • Le Long Remords de la Conquête. Manille-Mexico-Madrid: l’affaire Diego de Ávila (1577-1580), Paris, Seuil, 2015.
  • Cultures d’empire. Échanges et affrontements culturels en situation coloniale (dir., avec Hélène Blais et Emmanuelle Sibeud), Paris, Karthala, 2015.
  • L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (xvie – xviie siècles), Paris, Seuil, 2011 (réed. coll. Points Histoire, 2014).
  • Mémoires d’empire. La controverse autour du « fait colonial », Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant, 2006.
  • État colonial, noblesse et nationalisme à Java : la Tradition parfaite (xviie – xxe siècles), Paris, Karthala, 2005.
  • Indonésie, la démocratie invisible. Violence, magie et politique à Java, Paris, Karthala, 2002.
  • Cultures of Voting. The Hidden History of the Secret Ballot (dir. avec Jean-Louis Briquet et Peter Pels), Londres, Hurst, 2007.
  • Dossiers « Pèlerinages politiques » (Politix, 20 (78), 2007), « L’État colonial » (dir. avec Emmanuelle Saada, Politix, 17 (66), 2004) et « Anthropologies du sujet politique » (Raisons politiques, 1 (4), 2000).

PRIX

Pour L’Histoire à parts égales, il reçoit le Grand prix des Rendez-vous de l’histoire 2012 et le Prix du livre Mémoires de la Mer 2013.

ENTRETIENS

France Culture : Magellan: tours et détours du monde

France Culture: #Balancetonexplorateur: la redécouverte de Magellan

Facebooktwitter

Patrick Bernard

Patrick Bernard fondateur d'ANAKO

BIOGRAPHIE

Ethnographe engagé de renommée internationale, fondateur en 1988 d’Icra International, du Fonds mondial pour la sauvegarde des cultures autochtones en 1993 et de la fondation Anako , Patrick Bernard se consacre depuis près de quarante ans aux peuples de tradition orale  les plus menacés.Il est à l’origine d’un collectif d’associations qui a permis l’attribution du prix Nobel de la paix 1992 à Rigoberta Menchú Tum.

Il est l’auteur d’une quinzaine de livres, le réalisateur et le producteur de plusieurs séries télévisées qui comptent à ce jour une cinquantaine de films de télévision diffusés sur les chaînes de France Télévisions et du monde entier comme France 5, Arte, Discovery Channel ou National Geographic. Il est également le fondateur des sociétés d’édition et de production Anako.


www.icrainternational.org
www.fondation-anako.org

BIBLIOGRAPHIE

  • PEUPLES RACINES
  • CHINE INSOLITE DES MINORITES
  • LE PEUPLE DE L’AMAZONE
  • LES OUBLIÉS DU GRAND RIFT -Soudan – Ethiopie – Kenya – Tanzanie
  • MONGOLIE -Les Fils du vent
  • PEUPLES D’INDOCHINE -Par plaines et montagnes-
  • THAÏLANDE -Un autre regard-
  • TRIBUS EN SURSIS

QU’EST-CE QU’ANAKO

Fondation ANAKO

La Fondation Anako œuvre activement à la constitution et à la sauvegardes des mémoires audiovisuelles des derniers peuples et cultures autochtones de tradition orale (derniers chasseurs-cueilleurs itinérants, peuples d’éleveurs nomades, dernières sociétés agricoles de tradition orale, ethnies minoritaires et premières nations).

Les peuples racines, dont les plus isolés ont su préserver un lien très fort à la nature, voient aujourd’hui leurs modes de vie bouleversés, leurs spiritualités animistes et leurs riches cultures de tradition orale menacées d’une rapide extinction.

La Fondation Anako soutient des programmes de terrain aux quatre coins du monde qui permettent aux communautés autochtones de se réapproprier leur image et d’apprendre à utiliser les outils audiovisuels pour écrire elle-même ce livre d’histoire dont elles avaient jusqu’ici été privées en enregistrant elles mêmes la paroles des anciens ou en filmant pour les générations à venir leurs rituels les plus importants.

Outre ses programmes de terrain, la Fondation recense, collecte, numérise et assure la conservation d’enregistrements, d’écrits et d’images réalisés par les pionniers de l’exploration ethnographique dans les années au milieu et dans la deuxième moitié du XXème siècle. Ces images et ces sons extrêmement précieux témoignent de cultures et de modes de vie aujourd’hui disparu et peuvent ainsi venir compléter le travail de mémoire initié par les communautés autochtones et par les dernières sociétés tribales.

Interview de Patrick Bernard, président de la fondation ANAKO sur Myloirevalley

Extrait :

Comment est née cette fondation : quel a été l’élément déclencheur ?

La fondation est née en 2010 suite à ma rencontre avec le chef Yawalapiti Aritana de la région du Haut-Xingu au Brésil. Aux côtés du chef Raoni, il a œuvré contre la déforestation et pour le respect des peuples amérindiens. Il est malheureusement décédé il y a peu.

Lorsque j’étais dans son village en 2010, il m’a demandé d’apprendre à un groupe d’une dizaine de jeunes à filmer et de leur laisser du matériel pour qu’ils puissent enregistrer un rituel fondateur : le Kuarup. Il s’agit d’une cérémonie de lever de deuil réalisée un an après le décès d’un individu, permettant à son âme d’être libérée.

Ce projet a merveilleusement bien marché. Les jeunes ont fait un travail extraordinaire qui a été diffusé par les chaînes de télévision nationale. C’est ce qui nous a donné l’envie de mener des projets similaires à travers le monde.

ETHIOPIE – La piste de nos origines

Réalisateur : Patrick BERNARD

Les sentiers et les routes d’Abyssinie et de l’Ethiopie actuelle parcourent des vallées et des montagnes où les grandes civilisations plongent leurs racines les plus profondes.
Patrick BERNARD et l’équipe ANAKO nous entraînent sur les pistes de nos origines à la découverte de ce pays, véritable sanctuaire de l’Humanité et de ses peuples fascinants.
En mettant nos pas dans les pas, d’Arthur Rimbaud, l’homme aux semelles de vent, à travers le quotidien des familles, en parcourant des paysages et des sites à couper le souffle, Patrick Bernard nous invite à découvrir la riche culture des peuples des montagnes sur les sentiers des grands royaumes d’Abyssinie comme sur les pistes du sud à la rencontre des tribus les plus reculées et de leurs étonnants rites de passage… Un voyage fascinant sur la piste de nos origines.

Facebooktwitter

Azouz Begag

Biographie

Azouz Begag, né à Lyon , le 05/02/1957, est un homme politique, écrivain, diplomate et chercheur français en économie et sociologie.

De nationalité algérienne, en 1987, il demande la nationalité française qu’il obtient en 1989.

Il obtient un doctorat en économie à l’université Lyon 2 sur le thème « L’Immigré et sa ville ». Il combine ensuite des fonctions de chercheur au CNRS et à la Maison des sciences sociales et humaines de Lyon depuis 1980, et d’enseignant à l’École centrale de Lyon.

Du 2 juin 2005 au 5 avril 2007, il est ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Promotion de l’égalité des chances, dans le gouvernement Dominique de Villepin. Fonction qu’il quitte afin de prendre une part active dans la campagne présidentielle de François Bayrou. Il perd les législatives de 2007 et les Régionales de 2010 avec un score de 4% en Rhône-Alpes.

En octobre 2007, Azouz Begag est le président du 18e Festival international de géographie (FIG) de Saint-Dié-des-Vosges.

Depuis le mois de septembre 2008, il est professeur invité à l’Université de Californie à Los Angeles. Il est chargé de recherche du CNRS.

De 2013 à 2016, Azouz Begag occupe à l’ambassade de France au Portugal le poste de conseiller culturel et de coopération.

Il est l’auteur de plus de vingt livres, dont plusieurs romans s’inspirant de son enfance comme « Le Gone du Chaâba » (1986) ou encore l’hommage rendu à son père dans le livre « Le Marteau pique-cœur » (2004).

Il est aussi parolier de chansons et le scénariste du film « Camping à la ferme » (2005) où il expose sa vision d’une France multi-ethnique.

Source Babelio

Bibliographie

Romans :

L’arbre ou la maison, Éditions Julliard 2021. Prix « Albert Bichot » 2021.

  • Salam Ouessant, Éditions Albin Michel, (2012)
  • Dites-moi bonjour (Fayard, 2009)
  • La guerre des moutons (Fayard, 2008)
  • Un mouton dans la baignoire (Fayard, 2007)
  • Ahmed de Bourgogne (Seuil, 2001)
  • Tranches de vie, (Kleth Verlag, 1998)
  • Dis Oualla, (Editions Fayard, Collection Libres, 1997)
  • Zenzela, (Seuil, 1997)
  • Les Chiens aussi, (Seuil, Collection Virgule, 1995)
  • L’Ilet aux vents, (Seuil, Collection Virgule, 1992)
  • Béni ou le Paradis privé, (Seuil, Collection Virgule, 1989)
  • Le Gone du Chaâba, (Seuil, Collection Virgule, 1986, Points Seuil, 2005)

Pour la jeunesse :

  • Un train pour chez nous : CM1 (Magnard, 2006)
  • L’île des gens d’ici (Albin Michel, 2006)
  • Le théorème de Mamadou, Ill. Jean Claverie (Seuil 2002)
  • Ma maman est devenue une étoile (La Joie de Lire, (1996)
  • Quand on est mort, c’est pour toute la vie (Gallimard, 1995)
  • Mona ou le bateau-livre (Chardon Bleu, 1994)
  • Une semaine de vacances à Cap maudit (Seuil, Collection Petits Points, 1993)
  • Le Temps des villages (La Joie de Lire, 1993)
  • Les Tireurs d’étoiles, (Seuil, Collection Petits Points, 1993)
  • Jordi et le rayon perdu (La Joie de Lire, 1992)
  • La Force du berger (La Joie de Lire, 1991)
  • Les Voleurs d’écriture (Seuil, Collection Petit Point, 1990)

Présentation de L’arbre ou la maison

  • Après des années d’absence et la mort de leur mère, deux frères lyonnais, Azouz l’écrivain et Samy l’arboriculteur, binationaux franco-algériens, décident de rentrer quelques jours à Sétif, le temps de nettoyer les tombes de leurs parents et de vérifier l’état de la maison familiale. Tandis que Samy bougonne à l’idée de remettre les pieds dans cette ville où il n’a plus de repères, Azouz est impatient d’assister à la révolution démocratique qui secoue le pays. Par-dessus tout, il espère retrouver Ryme, la femme qu’il aime depuis toujours, son cordon ombilical avec la terre de ses ancêtres. Mais à Sétif, Samy et Azouz ne reconnaissent plus rien, et aux yeux des locaux, ils sont devenus des étrangers, des bi. Quant à Ryme, l’amour de la liberté lui a donné des ailes, comme à son peuple. L’aura-t-elle attendu ? Il n’y a que le bel arbre planté par leur père devant la maison, un demi-siècle plus tôt, qui n’a pas changé de place. Mais il a tellement grandi que ses racines en menacent les fondations. Les deux frères se retrouvent ainsi face à un dilemme : garder l’arbre ou la maison.
  • Dans ce roman pétri de tendresse et d’humanité, Azouz Begag confronte, avec un irrésistible sens de l’humour, la nostalgie de l’enfance à la réalité d’un pays en pleine effervescence, résolument tourné vers l’avenir.

Facebooktwitter

Sylvie Bargain

SYLVIE BARGAIN, DESSINATRICE, Alias Bigoudène 46

Dessinatrice autodidacte , Sylvie Bargain a découvert depuis quelques années le bonheur intense que provoquent l’action de dessiner. Entre dessins, croquis sur le vif, carnets de voyage, carnets du quotidien, le crayon est finalement le prolongement du regard. Des carnets de voyage aux carnets des îles et jusqu’aux carnets de vie, tout est bon à croquer, Voyager, c’est pour Sylvie, aller vers l’autre et partager un moment de vie… Dessiner attire les gens vers vous, comme si le carnet et les crayons étaient une « arme de paix et de dialogue » et que tout cela n’est peut-être que prétexte à la rencontre ! Elle reproduit ses petits carnets accordéon miniatures dans des boîtes, ce sont ses « iles en boîte ». Correspondante de la communauté Urban Sketchers France, la dessinatrice a co-organisé la rencontre nationale USK France qui a eu lieu du 2 au 5 juin 2017 à Lorient.

Un petit tour dans ses Carnets de vie

sa page Facebook

ou Flickr

Facebooktwitter